Site Overlay

Produits menstruels, véritables produits de luxe?

Les protections menstruelles étaient taxés, jusqu’à quelques mois encore, à 20%. Une TVA qui ne s’applique qu’aux produits de luxe. Les tampons seraient-ils des produits de luxe? 

Même si la TVA a baissé sur les protections menstruelles, le prix, lui, reste toujours élevé.

Connaissez-vous la « précarité menstruelle »? Ce drôle de mot ferait fuir de nombreux hommes sous prétexte d’un néologisme purement féministe. Mais il s’agit d’un véritable problème de société. Ce terme évoque les problèmes financiers liés à l’achat de protections hygiéniques pour certaines femmes (majoritairement étudiantes, sans emploi, ou sans domicile fixe).

Nous le savons, ce n’est pas un tabou (quoique cela peut se remettre en question facilement…) toutes les femmes ont leurs règles pendant près de 40 ans (de leurs 13 ans à leur 50 ans, plus ou moins). Mais avoir ses règles impliquent un coût. Tous les mois, les femmes dépensent entre 7 et 18€ (voire plus si on compte le K2r pour sauver nos draps). Si l’on effectue un rapide calcul, on atteint alors facilement entre 84 et 216€ par an. 

Demander un remboursement des protections menstruelles par la Sécurité Sociale pourrait alors sembler être un caprice. 216€ par an, ce n’est pas tellement. Mais si vous viviez dans la rue. Comment feriez-vous pour vous fournir ces si précieux tampons? Choisir entre se nourrir ou prendre soin de sa santé, voilà ce à quoi des milliers de femmes doivent faire face régulièrement. 

C’est là que le terme de « précarité menstruelle » prend tout son sens. Les règles, ou menstruations, entrainent les femmes vers une précarité. Elles représentent un coût qui va alors marquer un nouveau contraste entre les hommes et les femmes.

A partir de ce constat frappant, j’ai voulu réalisé un court métrage sur ce que je juge être un véritable problème sociétal. 

Ce court métrage est né d’un constat, tous les mois, en faisant mes courses, je me plaignais du coût des protections hygiéniques. Plus le temps passait, plus les paroles s’élevaient et je me rendais alors compte que mon constat n’était pas vain. L’idée d’en faire un court métrage émergeait. Jusqu’à ce qu’un concours de court métrage organisé dans ma ville sur le thème de l’égalité homme-femme, me donne l’opportunité de mettre cette idée en images. 

Au cours de cette journée de tournage, j’ai pu sensibiliser mon équipe autour de ce sujet. Tous ont pris conscience de ce problème et se sont d’autant plus impliqués dans le projet. 

Nous n’avons pas gagner le concours, mais, nous continuons de partager cette vidéo que nous portons à bout de bras, pour sensibiliser une large audience. 

Par Kenza COURTOIS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © 2020 Caméléon. All Rights Reserved. | Catch Vogue by Catch Themes