Site Overlay

Courtiser la Reconnaissance

« Courtiser la reconnaissance… »

COURT MÉTRAGE: ce terme renvoie directement dans l’imaginaire collectif à une courte vidéo de 30 minutes maximum créée par un amateur passionné. Cette notion de « créée par un amateur » gène et bloque le court-métrage dans une case. Le court-métrage est dévalorisé par le grand public. Il est vu comme « trop court pour pouvoir développer une intrigue » ou même « frustrant ».

Cependant, le court-métrage est pour le réalisateur un véritable moyen de se former. La maîtrise du court-métrage pour un réalisateur implique une maîtrise de la rigueur et de la précision de la composition de l’histoire, du scénario à sa mise en images. Pour le spectateur, ce caractère « frustrant » marque la réussite d’un court-métrage. Cela signifie que le spectateur voudra en voir plus.

C’est en ce sens que les réalisateurs qui commencent par la réalisation de scénarios de courts-métrages développent leurs univers et leurs esthétiques propres. Ils acquièrent dans ces expériences une maturité face à la conception des films. On remarque notamment cela chez de grands cinéastes comme Alain Resnais. Il débuta sa carrière avec de nombreux courts-métrages de commande. De Van Gogh à Toute la Mémoire du Monde en passant par Nuit et Brouillard, il a développé dans ses courts-métrages un esthétisme et un univers qui se retrouvent dans ses longs métrages (le travail du montage, l’ironie du texte etc..).

Le GREC (Groupe de Recherches et d’Essais Cinématographiques) a bien compris l’importance des courts-métrages dans la vie des réalisateurs et la force de ces médias cinématographiques. Ce groupe produit des premiers courts-métrages.

Parmi les courts-métrages produits par le GREC, on retrouve Quelques heures en hiver, un court-métrage réalisé par Thomas Lilti en 1999. Le jeune réalisateur, alors âgé de 23 ans, suit des études de médecine. Depuis toujours passionné de cinéma, il se rend rapidement compte que travailler dans ce milieu est inenvisageable. Il se tourne donc vers des études de médecine, suivant le modèle de son père.

Ce sont les trois courts-métrages qu’il a réalisé durant ses études qui lui ont offert la possibilité de réaliser un long métrage et de lancer sa carrière. Dans Quelques heures en hiver, on retrouve une façon de réaliser qui restera quasiment inchangée (elle n’aura qu’évoluée). De ce court-métrage, on retient le thème de la relation avec le père. Un thème qui semble faire écho à sa propre relation père-fils. Il explique lui-même dans de nombreuses interviews la difficulté de faire les choses sans tenir compte du regard du père et de sa reconnaissance. On y retrouve aussi un jeu sur les couleurs et la notion d’enfermement et de recherche d’émancipation qui se retrouveront dans ses films suivants (notamment Première Année, où ces deux thèmes se rejoignent dans l’univers des études supérieures).

Thomas Lilti, dès ce premier travail cinématographique, utilise un univers réaliste très travaillé. Il est connu aujourd’hui pour son utilisation de son savoir médical pour nourrir la fiction de ses longs métrages. Dans ce premier court-métrage, on ressent déjà cette manière de convoquer le réel. Il fabrique dans Quelques heures en hiver une sorte de huis clos qui nous fait comprendre que nous ne sommes ni totalement dans la fiction, ni totalement dans le réel.

L’année dernière, j’ai eu l’occasion d’assister à une journée de tournage sur la série Hippocrate réalisée par Thomas Lilti. De cette expérience, j’en retiens trois mots : « rigueur », « précision » et « humilité ». Et il me semble que ces trois termes résument une manière de tourner qui serait à l’origine de cette impression de proximité et de réel.

« Un film de Thomas LILTI » , cette inscription qui apparait pour la première fois, résonne en écho à une place grandissante dans le spectre du cinéma français. Ce réalisateur est la preuve que quel que soit le chemin, si la passion est là, le rêve peut se concrétiser. Mais aussi, son parcours donne raison au GREC et nous invite à revaloriser le court-métrage.

Kenza COURTOIS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © 2020 Caméléon. All Rights Reserved. | Catch Vogue by Catch Themes