Site Overlay

La jeunesse est dans la sève

Laisser vieillir les arbres. C’est ce que défend l’association ARBRES (Arbres remarquables : bilan, recherche, études et sauvegarde) en délivrant depuis 2000 le label « arbre remarquable ». L’association souhaite que les propriétaires privés et les élus, prennent conscience de la valeur patrimoniale de ces arbres.

L’association rassemble, en France, amateurs et professionnels unis par la passion de la nature. Le label « arbre remarquable » est symbolique. Il implique la préservation et la mise en valeur de ces arbres par la collectivité ou le propriétaire. Le 29 février 2020, l’association a tenu son assemblée générale à la Cité internationale universitaire de Paris. Pierre Rohr, membre depuis 5 ans et ancien garde forestier était présent. Il sait que végétaliser les villes a un intérêt. Les arbres, peuvent améliorer la qualité de l’air et faire baisser le taux de particules fines. Mais ce qu’aime par-dessus tout ce passionné, c’est l’histoire ancrée dans l’écorce des vieux arbres. Pour lui, ils sont les témoins d’un épisode historique ou empreints de légendes. En revanche, Pierre Rohr s’inquiète du dérèglement climatique. La durée de vie moyenne d’un arbre en ville est de 60 ans. Si le réchauffement ne fait que croître, il sera difficile de les protéger. Il faut donc penser l’urbanisme en y intégrant l’impératif de conserver les arbres les plus remarquables.

C’est le cas du chêne d’Allouville-Bellefosse, âgé de 1 200 ans. Situé en Normandie, il est l’un des plus vieux chênes de l’Hexagone. Labellisé « Arbre remarquable », Jean Louis Devaux, menuisier depuis plus de 40 ans, s’occupe de ce doyen, comme son père et son grand-père avant lui. Avec son escalier en colimaçon, de grandes tiges de fer pour le soutenir, ses milliers de tuiles pour le protéger de la pluie, l’arbre est fatigué. En 1988, la commune a décidé de dégager le terre-plein qui l’entourait pour que les racines puissent respirer. Ils ont ensuite construit une structure métallique pour le soutenir et préserver ses branches qui caressent le toit de l’église. Chaque année, la mairie consacre 8 000 euros à son entretien. Pour Jean-Louis Devaux, « l’arbre est comme une personne âgée, à la différence, qu’il nous enterrera tous ».

Aujourd’hui, leur protection juridique est quasi inexistante. Toujours avec l’objectif de partager des connaissances et préserver ces vieux arbres, les Éditions Museo et l’association ARBRES ont produit un premier film, Les Arbres remarquables, un patrimoine à protéger, dont le coauteur est le président de l’association Georges Feterman. Il espère par ce tour de France des arbres extraordinaires, que les députés s’emparent de la problématique et la convertissent en un projet de loi.

Après l’élaboration d’une Déclaration des droits de l’arbre, adoptée en avril 2019, la prochaine étape pourrait être la reconnaissance officielle du label « Arbre remarquable ». Afin que ces sages puissent vivre encore de nombreuses années.

Adèle Chiron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 Caméléon. All Rights Reserved. | Catch Vogue by Catch Themes