Site Overlay

Nino dans la nuit

Nino dans la nuit, Capucine et Simon Johannin, 2019

C’est l’histoire d’un bout de vie, celle de Nino Paradis. Nino tente de rentrer dans la légion étrangère pour éviter une désastreuse situation. Il passe des tests mais le sergent l’informe que la quantité de drogue qu’il y a dans son urine lui empêchera de continuer sur ce chemin. Alors Nino, âgé d’une vingtaine d’années, sort de ce pseudo échappatoire et retourne dans un monde où il ne trouve pas sa place.

Capucine et Simon Johannin, mariés et artistes, dévoilent dans ce livre la quête d’un jeune homme qui risque ou fait ce qu’il peut pour s’en sortir même s’il n’a pas vraiment de but, ni de motivation pour en trouver un. Plongés dans ses pensées, nous vivons avec lui ses petits jobs de nuit d’hiver, ses maraudes pour chercher de quoi survivre, ses promenades sous THC dans Paris en cherchant à fuir le quotidien, ses cachettes qui enfouissent les quelques billets rouges récupérés, ses rencontres et ses voyages périlleux, la fraicheur de son appartement délabré ou la chaleur des bras de Lale, son amoureuse pour laquelle il dédit presque tout. Et ensemble, ils s’abandonnent au monde de la nuit, seul exutoire qui les rassure autant qu’il les détruit.

Ces deux écrivains témoignent tout d’abord d’un portrait sincèrement humain, puis d’une jeunesse plutôt précaire, sans repères, mais aussi invisible. Qui cherche à l’être ? Eux face à l’envie de rester plongés dans leur galère, plus facile que de rencontrer la morosité du monde du travail ? Cette société qui ne les aide pas à s’intégrer, préférant qu’ils restent cachés par souci de tranquillité, ravalant sa culpabilité ? Comme Nino l’exprime : « je nous sens perdus mais pas franchement préoccupés de l’être, difficile de voir l’avenir autrement quand on a jamais pu vraiment le deviner, alors on s’en occupe pas pour l’instant, on gère une merde à la fois ».

Le couple nous délivre ici un récit pur et authentique d’une vie qu’ils connaissent, garni de personnages qui peuvent ressembler à leurs amis, tout en s’inspirant du cinéma de Larry Clark, Harmony Korine ou encore Gus Van Sant. Tout y est efficace : le ton est brut, les images qu’ils nous procurre sont intrigantes et le rythme de lecture aussi entraînant que le son techno qui bourdonne dans leurs oreilles. La sortie du livre est notamment accompagnée d’un clip réalisé en collaboration avec le collectif CONTREFAÇON, Ancilla Domini, soulignant le travail de leur écriture et creusant la texture cinématographique de l’ouvrage.

Ainsi, le voyage que procure Nino dans la nuit est terriblement sensoriel et le plaisir à lire excessivement captivant. Lire ce livre m’a donné autant l’envie de les aider que de les suivre.

Par Mahé Bach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 Caméléon. All Rights Reserved. | Catch Vogue by Catch Themes